la Saint Sylvestre ou la nuit des fosses promesses

La Saint-Sylvestre marque la fin de l’année et le début d’une nouvelle…pas d’une meilleure. Mais c’est un autre débat. Pourquoi la célèbre-t-on ?

La Saint Sylvestre est nommée d’après saint Sylvestre, un pape du IVe siècle qui serait à l’origine de la conversion de l’empereur Constantin au christianisme. Si cette conversion n’est point datée, la mort du pape un 31 décembre est ce qui scelle l’appellation de la fête. Mais le christianisme n’est pas le cœur du débat. Symboliquement, la saint sylvestre marque donc la conversion d’une année à une autre, chargée de promesses ou pas.

Toujours est-il que c’est pour plusieurs une fête qui est célébrée à travers le monde.  Dans bon nombre de cultures, cette fête est associée à la chance et la prospérité pour la nouvelle année.  C’est également le cas de se rassembler avec des amis et de la famille pour célébrer l’occasion, chacun dans l’enveloppe sociale qui lui convient le mieux: église, clubs, plein air, près de la cheminée en comité. Traditionnellement, ce passage est aussi marqué par des feux d’artifice, un échange de cadeaux, la consommation de plats spéciaux ou mieux d’une prise de résolutions pour la nouvelle année. Et c’est peut-être là que le bât blesse.

Avant tout, ceci n’est en aucun cas une leçon. D’ailleurs, vos promesses de changement, aussi fausses soient-elles, ne m’engagent en rien.  Ceci est un rappel que la plupart d’entre vous racontera ce soir encore des mensonges.

Les résolutions de la Saint-Sylvestre sont  en fait de tout ordre: santé,  travail, relations, loisirs, etc…ce sont donc des décisions prises par les gens pour améliorer leur vie (ou leurs vices) de différentes manières. Très souvent sous l’effet de l’alcool et des réjouissances. Mais dans les rares cas où ces résolutions sont lucides et même si elles servent à atteindre des objectifs préétablis, elles puent souvent un manque de réalisme dont seul l’égocentrisme humain est capable.

On croit pouvoir passer d’une chose à une autre en un claquement de doigt, changer une habitude agrémentée pendant plusieurs années en une année. Sans introspection profonde, sans remise en question. Et puis bon, si ca marche pas, des sylvestres  y en a plein. Détermination et persévérance peut-être mais un vrai credo, pas le seul, pour un changement véritable c’est l’aveu. Aveu de tout ce qui, durant 365 jours, n’a pas marché dans notre moi profond.

Une bonne année, je vous souhaite ou pas. Changez qui vous êtes avant ce que vous faites!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 29 = 34